Taking too long? Close loading screen.
Chargement...

Je Surfe Donc je Suis !

Je Surfe Donc je Suis !
mai 24, 2019 Sof
In Poncho & Fouta

Maintenant que vous commencez un peu à me connaître vous savez que le surf est mon premier amour. Mon apprentissage de ce merveilleux sport s’est déroulé parallèlement aux nombreux aléas de ma vie et à chaque fois c’est ma planche qui m’a donnée le courage pour rebondir et la force pour reconstruire.

Le surf: une école de la vie.

Le surf n’est pas seulement une activité sportive qui se pratique au milieu de nulle part ; il est aussi l’école de la vie, un état d’esprit forcément optimiste. La langue française est d’ailleurs truffée d’expressions en rapport : ne dit-on pas surfer sur la vague, surfer sur la mode, ou encore surfer sur le net ? La connotation du mot est ainsi toujours accompagnée d’ondes positives à l’image de ce que tout adepte de ce sport ressent quand il se retrouve à planer entre ciel et mer.

Quand on se retrouve au creux de la vague, il ne faut pas baisser les bras, il faut savoir faire le gros dos en attendant patiemment que la prochaine vague qui ne manquera pas d’arriver vienne vous porter, sans jamais vous laisser submerger. 

Le surf: un modèle d’inspiration.

Forte de cet enseignement, mes expériences personnelles sont depuis, devenues positives. Toujours accompagnées par le surf et ses bienfaits. Car c’est sur le spot de l’île indonésienne de Bali sur lequel j’étais allée pour oublier mes soucis, que j’ai rencontré mon âme sœur, surfeur comme il se doit. Basque d’origine, il parle surf, il travaille surf, il respire surf… Nous étions faits l’un pour l’autre.

Car c’est aussi grâce au surf que j’ai eu l’idée de me lancer dans cette belle aventure qu’est Seasof, comme je vous l’ai déjà racontée. Si nos ponchos artisanalement confectionnés 100 % coton sur le même modèle que nos foutas existent, c’est parce que j’ai eu très froid un jour sur le spot de Lanzarote tant inspirant.

Le surf: une vraie philosophie.

A l’image de la vie, le surf est un éternel recommencement : il faut savoir jouer et s’adapter à la permanente variation du vent et de la marée. Ne pas faire face à la vague, mais l’épouser délicatement sans forcer, glisser, couler. Sur l’île de Hawaï, berceau du surf, on l’appelle he’e nalu : he’e qui signifie « couler comme un liquide » et nalu qui, indique étonnamment la vague qui surgit et le liquide amniotique protégeant le nouveau-né. Quel joli symbole n’est-ce pas ? Le surf y est considéré comme un fondement, une base où l’on se ressource.

A l’image du surf, j’ai appris à n’appuyer que pour rebondir, sinon la plongée est douloureuse. La vague est ce signe du destin qui se présente et qu’il faut savoir saisir quand il vous le propose, en l’accompagnant sans s’y opposer. On n’obtient rien sans rien, car avant de profiter des joies de la glisse, il convient de produire des efforts en ramant. 

Le surf est décidément une véritable philosophie de la vie. Se lancer, prendre des risques tout en les sachant calculés, passer la barre et profiter.

 

Comments (0)

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

fr_FRFrench
en_USEnglish fr_FRFrench